Forum de discussion sur le paganisme moderne et antique.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Site en ligneSite en ligne  
Ethique du forum
Respectueux de l'individualité humaine, nous ne tolèrerons au sein de ce forum aucun propos à nature raciste, sexiste, homophobe ou issus de quelque idéologie discriminatoire.
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 99 le Jeu 22 Jan - 21:02
Derniers sujets
Sujets les plus actifs
Groupe, chansons du moment...
Jésus, ce Dieu Païen inconnu...
Les cercles féminins dianisants mais pas que
Histoire
Une France païenne et démocratique est-elle possible ?
Communauté Facebook!
Monothéisme et polythéisme
Rien que pour le fun....
intéressant
Que sont les Dieux pour vous?
Articles
Le Paganisme
Numinisme
Eusebeia
Les Muses
Hymnes
Kalathema Eusebeia
Exemples de Cérémonie
Athena par Walter Otto

Partagez | 
 

 Le paganisme contemporain, phénomène new-âgeux ? Pas si sûr... témoignage d'un païen de France (1/2)

Aller en bas 
AuteurMessage
Roxappho
Nymphe fantasque
Nymphe fantasque
avatar

Féminin féminin Age : 33
Nombre de messages : 2860
Localisation : Guyenne
Date d'inscription : 10/03/2009

MessageSujet: Le paganisme contemporain, phénomène new-âgeux ? Pas si sûr... témoignage d'un païen de France (1/2)   Lun 4 Avr - 15:00

Source: http://www.lepost.fr/article/2011/03/08/2428589_le-paganisme-contemporain-phenomene-new-ageux-pas-si-sur-temoignage-d-un-paien-de-france-1-2.html



Le paganisme contemporain, phénomène new-âgeux ? Pas si sûr... témoignage d'un païen de France (1/2)

Depuis quelques décennies, le développement des néo-paganismes, bien qu'il soit encore discret en France, fait de plus en plus parler de lui. Inquiétant certains, amusant les autres, il reste néanmoins un mouvement assez peu connu. Rencontre avec un païen français afin de faire le point...

Pour les besoins de cet article, je me suis rendu chez Maurice (nda : le nom a été modifié sur demande de l'intéressé), païen tourangeau que j'ai rencontré il y a trois ans et qui m'avait alors fait découvrir ce mouvement que je ne connaissais absolument pas à l'époque. Maurice est historien de formation et travaille comme analyste politique dans une collectivité territoriale, un métier qui le passionne. Arrivé chez lui, il m'invite à entrer dans son charmant troglodyte. L'intérieur est plutôt frais pour la saison, mais confortablement meublé. Le salon entièrement creusé dans la roche est plutôt impressionnant, tout comme la cheminée au sein de laquelle crépite un agréable feu de bois. Je regarde tout autour de moi : en dehors d'une petite statue d'Isis, posée sur la cheminée, aucun signe ne témoigne des convictions de mon hôte.


LF : Maurice, merci de m'accueillir dans ta « fraîche » demeure (rires). Pour commencer, pourrais-tu nous dire ce qu'est pour toi le paganisme ?

M : Il est difficile de définir un système aussi diversifié et libre qu'est le paganisme ! Les anciens païens n'avaient aucun mot pour définir leur « religion », le terme paganisme a été inventé par les premiers chrétiens. Il englobait à cette époque toutes les religions qui n'étaient ni chrétiennes, ni juives : polythéismes romain, égyptien, celte, germain, etc. Aujourd'hui encore, le terme paganisme renvoie à ces traditions premières, car il existe une notion de continuité assez forte, même si les païens sont par définition favorables au progrès. Savoir d'où l'on vient pour mieux savoir vers où aller, je pense que c'est une notion fondamentale du paganisme. Les autres points communs entre toutes ces traditions parfois fort différentes sont l'idée de plusieurs dieux dont la moitié au moins sont des déesses, d'où une place de la femme importante, un profond respect de la vie, quelles que soient les formes qu'elle prend, l'absence de dogme et de « révélation », et le rejet de toute forme de manichéisme. C'est une philosophie qui prône avant tout l'Équilibre.

LF : Lorsque tu parles de paganisme, tu emploies souvent les termes de « philosophie » ou de « tradition ». Pourquoi ne pas simplement utiliser celui de religion ?

M : Parce que ce n'en est pas vraiment une, selon mon avis. Les païens ne croient pas que leurs dieux existent « vraiment », et ils savent pertinemment que leurs mythes ont été écrits par des Hommes. A vrai dire, le paganisme se rapproche beaucoup plus de la philosophie jungienne que de la définition actuelle que l'on donne aux religions. Nous pensons que les dieux et les mythes sont des « Archétypes » inscrits au plus profond de notre subconscient, qu'ils font partie de nous, et non qu'ils nous gouvernent depuis les cieux. Cette conception immanente nous différencie fondamentalement de la transcendance monothéiste. C'est pour cette raison que je préfère parler de « philosophie ».

LF : Qu'appelles-tu « Archétypes » ?

M : Le psychanalyste Carl Gustav Jung – mais des ethnologues l'avaient déjà remarqué avant lui – a décelé dans les mythologies du monde entier des similitudes troublantes et des symboles récurrents : l'arbre de vie, les fruits de la connaissance, la déesse mère, le maître des fauves, le dieu de la foudre, le vieux sage, etc. Ces figures se retrouvent sur toute la planète, dans toutes les civilisations, et il n'existe aucune explication scientifique de ces parallèles. Deux théories ont cependant été émises au cours du XXe siècle pour expliquer ces similitudes : celle d'une tradition primordiale, défendue par le philosophe René Guénon, à laquelle j'ai beaucoup de mal à adhérer – parce que trop « mystique » à mon goût - et celle du psychanalyste Jung. Ce dernier a développé la théorie de l'Inconscient Collectif, selon laquelle chaque individu de l'espèce humaine partagerait le même inconscient collectif, inconscient contenant un certain nombre d'archétypes mythiques qui ressurgiraient par l'intermédiaire de nos rêves, mais aussi de notre inspiration poétique, de nos expériences « religieuses » ou autre. Cet inconscient collectif peut s'expliquer soit par la constitution biologique de notre cerveau (nda : notre cerveau serait constitué – génétiquement - de manière à ce que notre inconscient produise ces archétypes), soit par la présence d'une "âme". Je ne sais pas moi-même quelle option choisir, mais ce qui est certain, c'est que le cerveau – ou l'âme – est constitué de manière à raisonner de façon polythéiste. C'est d'ailleurs la thèse du psychanalyste James Hillman.

LF : J'ai du mal à te suivre... Tu penses que les dieux ne seraient que des constructions de notre subconscient ? Mais dans ce cas, pourquoi y croire ?

M : Parce que l'Homme n'est complet que lorsqu'il s'accepte en totalité, qu'il accepte autant son conscient que son subconscient. Cet état d'Équilibre était appelé chez les alchimistes le « mariage des contraires », Jung quant à lui parle de « processus d'individuation ». Il s'agit d'un état d'éveil spirituel, d'atteinte de la Sagesse. Je ne sais pas si on peut y parvenir – car cela ferait de nous des (presque-) Dieux ! -, mais en tout cas on peut s'en rapprocher. L'oracle de Delphes nous conseillait de nous connaître nous-même si nous voulions connaître l'Univers et les Dieux. Je pense que c'est vrai, mais je pense que l'inverse est valable également : connaître l'Univers, les Dieux, les mythes, nous permet de nous connaître parfaitement. Et pour ce qui est de mon expérience personnelle, grâce à cette connaissance des Mythes, des Dieux, des symboles et de tout ce que j'en ai puisé, je possède en moi un sentiment de bonheur et de liberté constant, infini pourrai-je dire. Je ne me sens pas supérieur aux autres, car le principe païen de l'humilité m'en empêche, mais je me sens un peu plus heureux, plus libre et plus fort chaque jour de mon existence. Voilà tout l'intérêt de « croire » aux Dieux païens.

LF : Mais ne peut-on pas connaître ce même éveil spirituel dans un culte monothéiste ?

M : Le monothéiste n'est pas un individu complet, car il rejette un grand nombre des archétypes qu'il possède en lui au nom de ses dogmes, c'est à dire qu'il renie une partie de lui-même, accumulant frustrations et déséquilibres. Il peut certes se sentir proche de Dieu, et donc « heureux », mais ce n'est pas du tout la même dimension que celle qu'atteint le païen. La quête spirituelle du païen est beaucoup plus complexe : il n'y a pas de dogme ou d'écrit nous conseillant notre conduite. Nous devons – chacun que nous sommes – nous forger notre propre « code d'honneur », définir nous-même ce qui est « bien » de ce qui est « mauvais », afin d'agir dans l'intérêt de tous. Et là est l'une des différences fondamentale avec les cultes monothéistes : alors que l'adepte des religions du livre cherchera à sauver son âme, celui des philosophies païennes cherchera à agir pour le bien commun. Ce n'est pas par hasard que les républiques et autres démocraties ont été inventées par les peuples païens.

LF : Selon toi, il y a donc une corrélation entre religion – ou plutôt philosophie si tu préfères – et politique ?

M : Assurément ! Et elle n'est pas difficile à démontrer : lorsqu'il n'y a qu'un seul Dieu, il n'y a qu'une seule vérité – la parole de Dieu en l'occurrence. Une seule vérité implique forcément l'existence de deux groupes hiérarchisés : celui qui détient la vérité (supérieur), et celui qui est dans l'erreur (inférieur). A partir de ce constat, et en étudiant l'Histoire dans son ensemble, nous pouvons remarquer que les rapports entre ces deux groupes sont toujours de type « confrontation », mais peuvent varier en fonction de l'importance numérique du groupe « possédant la vérité » : si ce dernier est minoritaire, il privilégiera le repli communautaire. S'il devient plus nombreux, il essaiera de donner une bonne image de lui, pour tenter de convertir le groupe qui est dans l'erreur. Et s'il est majoritaire, et qu'il n'est pas parvenu à convaincre l'autre groupe de se rallier sa cause, il optera pour l'extermination pure et simple de ce groupe. Dans tous les cas, le monothéisme aboutit à l'intolérance. Monothéisme et Démocratie sont donc totalement antinomiques à mon sens.

LF : N'est-ce pas un peu exagéré ? Beaucoup de monothéistes (chrétiens, musulmans et juifs) que je fréquente aujourd'hui sont très tolérants par rapport aux autres religions !

M : Parce qu'ils ne connaissent pas bien leurs religions ! L'équation que j'ai présenté juste avant (un seul dieu = une seule vérité, etc.) a été démontrée historiquement durant ces 1600 dernières années, et elle continue de l'être, car elle est absolument logique. Crois-moi, je n'ai rien contre les chrétiens, les juifs et les musulmans, mais le principe monothéiste m'indigne vraiment ! Il implique les dogmes, la pensée figée, la non-évolution du culte... et surtout l'intolérance ! Aujourd'hui, beaucoup de monothéistes se disent « tolérants » et interprètent leurs textes sacrés comme bon leur semble. Mais la réalité, c'est que ces « croyants » agissent de manière totalement « païenne », en contradiction même avec la foi dont ils se prétendent ! Ils ne sont chrétiens, juifs ou musulmans que parce que leur entourage l'était ! Si ce dernier avait été païen, ils l'auraient été également ! Au lieu de porter une croix autour du cou, ils auraient aujourd'hui un marteau de Thor, un pentacle, un triskèle ou autre. Le monothéisme du monde actuel, bien plus qu'affectif, est culturel. Si les gens réfléchissaient vraiment – s'ils associaient foi et raison – ils seraient païens. Mais je garde l'espoir qu'ils prennent conscience de cela un jour ou l'autre.

LF : Ce n'est pas gagné. Vous n'êtes qu'une extrême minorité !

M : Et encore, dans cette minorité, beaucoup sont des ex soixante-huitards, des new-âgeux ou des ados ayant trop lu Harry Potter ! Autant te dire : ce n'est pas facile de donner une image sérieuse avec ce fatras d'hurluberlus ! La plupart des associations païennes actuelles – en France du moins – ne tiennent pas la route : leurs membres ont une idée trop « monothéiste » du paganisme : ils imaginent que Zeux balance vraiment des éclairs du haut du mont Olympe, ou encore que Odin voyage vraiment parmi les Hommes sous la forme d'un vieillard borgne. Ils n'ont pas compris la portée allégorique, symbolique – psychologique – de tous ces mythes, alors que les anciens la maitrisaient parfaitement ! Mais bon, que veux-tu, on ne recrée pas en quelques décennies ce que 1600 ans de christianisme ont détruit...

(Propos recueillis par Lucius Falko)



(Je ne cautionne pas, je suis même en désaccord global.)

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Penthésilée ou Sappho ?

«Pour moi, la plus belle des choses, c'est de voir quelqu'un aimer quelqu'un.»
[Sappho]
Revenir en haut Aller en bas
http://penthesilee.wordpress.com/liste-des-articles/
Léandros
Sakura no hana
Sakura no hana
avatar

Masculin Age : 26
Nombre de messages : 1946
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 29/04/2009

MessageSujet: Re: Le paganisme contemporain, phénomène new-âgeux ? Pas si sûr... témoignage d'un païen de France (1/2)   Lun 4 Avr - 17:39

Citation :
"LF : Lorsque tu parles de paganisme, tu emploies souvent les termes de « philosophie » ou de « tradition ». Pourquoi ne pas simplement utiliser celui de religion ?

M : Parce que ce n'en est pas vraiment une, selon mon avis. Les païens ne croient pas que leurs dieux existent « vraiment », et ils savent pertinemment que leurs mythes ont été écrits par des Hommes. A vrai dire, le paganisme se rapproche beaucoup plus de la philosophie jungienne que de la définition actuelle que l'on donne aux religions. Nous pensons que les dieux et les mythes sont des « Archétypes » inscrits au plus profond de notre subconscient, qu'ils font partie de nous, et non qu'ils nous gouvernent depuis les cieux. Cette conception immanente nous différencie fondamentalement de la transcendance monothéiste. C'est pour cette raison que je préfère parler de « philosophie »."

Et ça se dit polythéiste ?
La première chose dans ces religions parce que oui ce sont des religions c'est la croyances en les dieux, si on ne croit pas en ça alors on a rien à foutre dans le polythéisme !
Mais en plus le mec se permet de se placer en tant que représentant des autres... Nan mais je rêve...
J'ai rencontré qu'un seul mec comme lui et je lui avais clairement dit à l'époque que bien sûr que si les polythéistes croyaient aux divinités.
Bref ça me choque un peu ce qu'il raconte, alors lui il est clairement païen mais pas polythéiste ça c'est sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Djehoutyseba
Banni


Motif du bannissement : Décision administrative: Nuisance au forum
Masculin Age : 41
Nombre de messages : 424
Date d'inscription : 26/08/2010

MessageSujet: Re: Le paganisme contemporain, phénomène new-âgeux ? Pas si sûr... témoignage d'un païen de France (1/2)   Lun 4 Avr - 18:52

j'aime assez cet interview,
je n'adhère peut être pas à tout,
mais c'est un discours paien sans aucun doute,
donc j'approuve,
après pour dire comment être polythéiste ou pas,
rien à faire dans le polytheisme et non,
je laisse chacun voir et faire comme bon lui semble en son coeur

Revenir en haut Aller en bas
Roxappho
Nymphe fantasque
Nymphe fantasque
avatar

Féminin féminin Age : 33
Nombre de messages : 2860
Localisation : Guyenne
Date d'inscription : 10/03/2009

MessageSujet: Re: Le paganisme contemporain, phénomène new-âgeux ? Pas si sûr... témoignage d'un païen de France (1/2)   Lun 4 Avr - 18:55

C'est un truc effectivement, Léandre, mais dans le reste, je trouve aussi une suffisance assez phénoménale...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Penthésilée ou Sappho ?

«Pour moi, la plus belle des choses, c'est de voir quelqu'un aimer quelqu'un.»
[Sappho]
Revenir en haut Aller en bas
http://penthesilee.wordpress.com/liste-des-articles/
Dagon
Demi-Dieu
Demi-Dieu
avatar

Masculin Age : 28
Nombre de messages : 163
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 26/05/2010

MessageSujet: Re: Le paganisme contemporain, phénomène new-âgeux ? Pas si sûr... témoignage d'un païen de France (1/2)   Mar 5 Avr - 6:18

tout n'est pas a jeter dans cette interview, mais j'ai plutôt l'impression de voir un mec du genre Bernard Henry-Levy parler qu'un polythéiste
Revenir en haut Aller en bas
Léandros
Sakura no hana
Sakura no hana
avatar

Masculin Age : 26
Nombre de messages : 1946
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 29/04/2009

MessageSujet: Re: Le paganisme contemporain, phénomène new-âgeux ? Pas si sûr... témoignage d'un païen de France (1/2)   Mar 5 Avr - 6:45

Le mec n'est clairement pas polythéiste si il ne croit pas aux dieux, il n'y a même pas besoin de débattre là dessus, c'est clair et net, j'ai aussi cette impression que le gars à une certaine suffisance ! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
helleniste
Poète gaulois
Poète gaulois
avatar

Masculin Age : 29
Nombre de messages : 2094
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Le paganisme contemporain, phénomène new-âgeux ? Pas si sûr... témoignage d'un païen de France (1/2)   Dim 8 Mai - 15:10

Disons qu'il est plutot païen "laïque", culturel que païen pur et dur.

Je trouve néanmoins l'interview passionnante, même si je ne suis pas d'accord sur certains points.

Citation :
Les païens ne croient pas que leurs dieux existent « vraiment »

Archi faux, évidemment. L'existence des dieux dans les religions païennes n'a pas la place qu'à l'existence de Dieu ou d'Allah dans les monothéisme (orthopraxie vs orthodoxie). Mais elle n'en est pas moins importante.

Croire que les païens ne pouvaient pas croire vraiment à l'existence réelle de leurs dieux (parce que c'est trop absurde, ma bonne dame) c'est une vision de chrétien moderne... Et il y a quand même un juste milieu entre croire que Zeus envoie des éclairs et penser qu'il n'est qu'une élucubration de notre cerveau.

La corrélation politique/religion, c'est du Louis Ménard tout craché. Alors ça n'est pas totalement faux, ça correspond surement à une tendance mais c'est loin d'être systématique. Beaucoup de païens étaient anti-démocratiques (Platon, Xénophon, etc), tandis qu'il existe des démocraties chrétiennes. Donc mauvais angle d'attaque à mon avis.

Citation :
Aujourd'hui, beaucoup de monothéistes se disent « tolérants » et interprètent leurs textes sacrés comme bon leur semble. Mais la réalité, c'est que ces « croyants » agissent de manière totalement « païenne », en contradiction même avec la foi dont ils se prétendent !

Alors ça par contre, c'est vraiment bien envoyé.
Revenir en haut Aller en bas
http://hellenisme.bloguez.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le paganisme contemporain, phénomène new-âgeux ? Pas si sûr... témoignage d'un païen de France (1/2)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le paganisme contemporain, phénomène new-âgeux ? Pas si sûr... témoignage d'un païen de France (1/2)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lumière et Sagesse du Paganisme :: Débat dans l'agora :: Revue de presse-
Sauter vers: